Comment réussir votre communication interculturelle?
2450
post-template-default,single,single-post,postid-2450,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,overlapping_content,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

Comment réussir votre communication interculturelle ?

Communication interculturelle visuelle

15 Nov Comment réussir votre communication interculturelle ?

La Toile nous permet de traverser les frontières et de toucher les cœurs à l’autre bout du monde… mais attention, toutes les sensibilités ne sont pas les mêmes.

Alors comment éviter les plus fréquents pièges?

Les comportements… lorsque «oui» veut dire «non»

Voici une petite histoire qui illustre parfaitement le genre de plantages que l’on peut faire avec sa communication interculturelle :

Lors d’un de mes voyages en Inde, je suis logée par une amie du pays. Elle vit avec sa famille et ils sont très heureux de m’avoir parmi eux. Comme j’ai l’intention de rester quelques mois dans cette région, je décide de me loger dans un appartement afin d’avoir plus d’indépendance. Chose pas facile car les appartements à louer sont rares.

Toutefois, le père de mon amie connait beaucoup de monde. J’apprend qu’il est en contact avec des propriétaires d’appartement susceptibles de les sous-louer pendant la saison touristique. Je lui demande son aide. Il semble accepter et me dit qu’il me tiendra au courant.

Le temps passe et je n’ai pas de nouvelles. De plus, chaque fois que j’aborde le sujet, il ne me dit pas non, mais semble vouloir esquiver la question. Je me sens de plus en plus frustrée. De toute évidence, il y a un bug dans notre communication interculturelle.

De ma position d’européenne, son attitude est un signe de manque de collaboration. Je suis même fâchée contre lui. Je ressens sa façon d’éviter la question comme un refus de m’aider.

Heureusement, c’est un homme intelligent, honnête et, surtout, fin psychologue. Ayant remarqué mon agacement vis-à-vis de la question, un jour il fini par m’avouer : « Je pense que vous avez remarqué que je n’ai pas vraiment mis beaucoup d’énergie à vous trouver un appartement. La vérité: je ne peux pas le faire. Vous êtes mon hôte et si je vous trouvais un appartement, cela voudrait dire que je vous chasse de chez moi. J’aimerais que vous vous sentiez comme chez vous le temps que vous désirez. »

Je suis sidérée. Ma colère contre lui s’envole. Je n’avais vraisemblablement rien compris à son comportement. Mais je réalise quelque chose d’une grande importance sur la communication interculturelle : les mondes sont différents et la manière d’interpréter les choses sont propres à chaque culture. Ce qui est pour moi un manque de collaboration, est pour lui un désir d’accueillir son hôte et de lui offrir le plus grand confort possible.

Mais ce n’est pas tout. De nombreuses frustrations plus tard, je découvre que les asiatiques n’aiment pas dire « non ». Ils vous diront «oui», mais esquiveront la question plus tard. Ils vous feront une proposition qu’ils savent inacceptable, pour vous obliger, à vous, de la refuser. Lorsque vous comprenez cela vous ne les mettez pas dans une situations où ils se sentent coincés. 

Vous anticipez leur réaction et décodez s’ils ont vraiment accepté ou non votre demande. C’était le cas du père de mon amie. Sa manière d’esquiver mes relances était un signe qu’il ne voulait pas me trouver un appartement.

Action : Bien tenir compte de la façon de penser des autres cultures. Vous renseigner sur leurs spécificités. Demandez conseil à quelqu’un appartenant à la culture avec laquelle vous désirez communiquer !

Les mots… attention à la prononciation !

Vous être très probablement bien entraîné, grâce à une publicité massive et coûteuse, à prononcer le nom de marque de chaussures sportives à l’américaine : « naïke »… mais revenons un peu en arrière et prononcez-ce mot purement à la française. Qu’obtenez-vous ? Oups, pas une très bonne communication interculturelle !

Imaginez la surprise de la marque lorsque sa première rencontre avec les francophones ont suscité des rires ou des étonnements, voire des affronts. La marque n’était pas prête à réussir sa communication interculturelle. Elle s’est rattrapée, mais avec les frais en conséquence.

Action : Si vous avez l’intention de toucher d’autres pays, renseignez-vous sur le sens et la prononciation de votre nom de marque en plus de la langue du pays que vous visez et les 6 langues les plus parlées au monde : anglais, arabe, chinois, espagnol, français et portugais.

Communication interculturelle visuelle | Porter le kimono à l’endroit

Les images… n’ignorez pas les us et coutumes !

90% des occidentaux se plantent lorsqu’il s’agit de représenter un kimono. N’inversez surtout pas le dessus et le dessous de ce vêtement (ci-contre, porté dans les règles de l’art), car pour les Japonais, le côté du cœur placé par-dessus signifie la vie, alors que s’il était placé par-dessous, il représenterait la mort.

Même un citadin japonais aux coutumes modernes pourrait être offensé par une telle image qui, pour lui, représente le vêtement porté par les morts.

Action : Si vous diffusez une image représentant une autre culture, vérifiez avec une personne de cette région si tout a été représenté dans les règles de l’art, on ne sait jamais ! Avant de créer un logo, pensez également à le faire valider auprès de personnes du pays concerné, vous serez ainsi sûr de réussir votre communication interculturelle !

Ma sélection de livres et de produits sur le sujet…